EN PLEINE ACTION

LE CHEMINEMENT DE GENEVIÈVE

Avec un sens aigu de l'accompagnement, un pasteur s'implique et chemine avec une jeune marraine de confirmation qui veut comprendre le geste qu'elle pose. Une réflexion sur la conversion qui part du coeur de la personne, une description de l'action de l'Esprit à l'oeuvre dans le désir et la soif de vivre.

L’illumination de Dieu, la grâce de Dieu, dont Saint Paul fait fréquemment état, en parlant de lui-même et de son travail d’apôtre, est une réalité qui ne laisse aucun doute.
COMPORTEMENTS ET CONVICTIONS EN MOUVANCE

Les comportements de croyants de notre Église aujourd’hui et les convictions qui les motivent  sont bel et bien en grande mouvance depuis une cinquantaine d’années. Il appert que toutes les démarches de formation en vue des célébrations de la foi sont, elles aussi, en grande mouvance. La demande d’un acte officiel d’Église, comme le baptême, la confirmation, l’eucharistie, le mariage, est assortie de vérifications de quelques données de base de la part du pasteur qui la reçoit. On n’avait aucun souci de ces vérifications il y a 30 ans. Mais il est devenu normal de rappeler quelques exigences pour bien vivre les démarches et célébrations de la foi. Il est aussi normal de vérifier les antécédents des candidats à toute démarche. C’est ainsi qu’il est d’une saine logique de vivre le baptême avant d’accéder à l’eucharistie. Il est aussi normal  d’avoir vécu les étapes de l’initiation chrétienne, baptême, confirmation, eucharistie  pour assumer les rôles de parrain ou marraine de baptême dans la vérité et l’authenticité. Dans la pensée de l’Église, ces rôles sont plus qu’une relation d’amitié, et ils s’appuient sur la foi.

Dans ce contexte, je présente la rencontre de Geneviève, comme lieu de divers cheminements, dont le premier est celui du prêtre que je suis. Le cheminement en est un de surprise et d’étonnement. Geneviève a été demandée comme marraine de baptême. Elle sait qu’il faut être confirmé pour être parrain ou marraine. Lors de la rencontre d’accueil en vue de la démarche de confirmation, elle affiche une belle ouverture d’esprit et une franchise capable d’étonner et de surprendre. Au fil de la conversation, elle affirme que ses propres enfants ont été baptisés dans une autre Église chrétienne à cause de certaines  exigences de l’Église catholique, qu’elle a très peu fréquenté l’Église, qu’elle est bien aise de consulter des voyantes, des médiums, et elle parle abondamment de la pleine conscience, etc. Il y a de quoi étonner. Il y a matière abondante en vue du dialogue pastoral pour sa démarche préparatoire à la confirmation. Des circonstances de vie familiale et professionnelle font en sorte qu’elle jouira d’un accompagnement personnalisé de quelques mois, qui facilitera le dialogue et les confidences.

CHEMINEMENT DES PLUS CONSCIENCIEUX

Geneviève est entrée de plein pied dans la démarche de confirmation avec une ouverture d’esprit et de cœur hors du commun. Avide de connaître et de tout comprendre, crayon en main, ses feuilles et documents de travail revenaient tout bariolés de semaine en semaine. Questions et commentaires se succédaient sur tous les points de doctrine ou de discipline de l’Église qui interpellent une personne distante de celle-ci. S’il fallait donner une cote à son cheminement, ce serait une lettre A+,  en vertu de son désir de connaître. De  cette manière, les heures de rencontre se déroulaient rondement.

LES VOYANTS ET LES MÉDIUMS

Sans être friande de consultation des médiums, elle s’est permis quelques consultations. L’univers du mental et des esprits devient une belle porte ouverte de dialogue sur le rôle de L’Esprit-Saint. L’univers des esprits est un univers à découvrir. Dans notre article de foi sur la communion des saints, il doit bien y avoir quelques liens de vie spirituelle qui débordent les sens et dépassent la compréhension. En combien d’épisodes bibliques, les hommes et femmes de Dieu sont transportés et envahis par l’Esprit. On connaît si peu le monde des esprits. Il suffit d’être à l’écoute de la culture moderne pour constater la méconnaissance du monde des esprits.  Ces manifestations nous placent devant l’inexplicable et suscitent l’étonnement devant Dieu. L’Esprit-Saint agissant, les dialogues avec Geneviève et les réflexions étaient bien nourris d’un désir d’une spiritualité agissante et transformante. Chaque semaine, elle arrivait avec une prière écrite en son cahier de travail. De cette manière, en fin des rencontres, elle aura découvert la prière de remerciement, de demande, la prière d’offrande, en passant par la louange jusqu’à la prière de réparation, qui sont toutes des variantes de la prière chrétienne.

LE RÉALISME DE LA CONVERSION, CHEMINEMENT DE FOI

Le dialogue avec Geneviève était cousu de nombreuses affirmations sur la conversion. Le mot, en lui-même très peu utilisé, se traduisait par l’affirmation que le sujet humain est l’artisan de son propre changement. Le goût du succès, la force dans l’adversité, la relation de couple à bâtir, les enfants à accompagner dans leur croissance, le cheminement spirituel de la rencontre de Dieu, sont tous des chantiers où la personne est en même temps l’artisan et le sujet. Le chemin, franchi dans les rencontres, a été en effet un pas vers  la conversion. L’illumination de Dieu, la grâce de Dieu, dont Saint Paul fait fréquemment état, en parlant de lui-même et de son travail d’apôtre, est une réalité qui ne laisse aucun doute.

LA VIE ET L’AU-DELÀ, LA RÉSURRECTION, LA VIE ÉTERNELLE

Geneviève devenait toute lumineuse lors de nos échanges sur la vie après la vie. Fortement animée par les doctrines sur la réincarnation d’une part, la pensée de l’Église sur la résurrection était proclamée avec fidélité, d’autre part. Les contenus doctrinaux et de la réincarnation et de la résurrection ne sont pas très abondants. L’article de foi, proclamant la résurrection des morts, relève de la foi pure et du témoignage des premiers disciples de Jésus. Les doctrines sur la réincarnation, quant à elles, sont le résultat de la soif insatiable de l’esprit humain. Le regard sur la vie après la vie, les affirmations relatives à la vie qui ne finit pas avec la mort, étaient toujours teintées de la joie de vivre de la part de nous deux. S’il est un domaine où l’on se rejoignait bien, c’est sur l’affirmation de la vie éternelle. L’âme humaine, le souffle de vie qui anime l’être humain, a des caractéristiques bien spéciales, nous en étions bien d’accord. Ce qui vient de Dieu retourne à Dieu. Telle est notre foi.

En bref, les convictions et la foi de Geneviève, par son application au fil des rencontres, ont révélé de sa part le sens spirituel de la vie. Le climat, présent lors de nos rencontres, annonce une belle démarche de confirmation de la foi de son baptême.

vol. 123, no 2 • Juin 2018

Chemins franciscains propose un nouvel art de vie inspiré de Claire et de François d’Assise au cœur des défis actuels de la famille humaine.

NOTRE MISSION
ADRESSE

514 722-5700

 

5750, boulevard Rosemont

Montréal (Québec) H1T 2H2

 

info@lesiaf.org

INSCRIVEZ-VOUS

à notre liste d’envoi. Ainsi, vous serez informé lorsqu’il y aura des nouveaux textes sur le site.

SUIVEZ-NOUS
  • Grey Facebook Icon

© 2017-2019 Design graphique par Italique.