Changement-climatique.jpg

ÉCOLOGIE

DANS  QUEL  CLIMAT  ÉVOLUONS-NOUS ?

ROGER BÉLISLE*

Les décisions politiques de la dernière Conférence internationale sur le climat (COP26) n’ont pas apporté de grands changements.  Cela permet de constater que peu de chemin a été parcouru depuis la COP 21 de 2015.

Changement-climatique.jpg
La dernière Conférence internationale sur le climat (COP 26[1]) a réuni à Glasgow les 27 États de l’Union européenne et 196 autres pays[2].  Au menu : faire le point sur la situation climatique actuelle et l’application de la Convention afin de négocier de nouveaux engagements. Leurs représentants ont-ils fait mentir Greta Thunberg selon qui « cette COP n’amènera pas de grands changements ? »[3]

En guise de réponse à saveur éditoriale, je vous propose une chanson composée en 2015 à l’approche de la COP 21. Je l’avais suggérée aux membres de Développement et Paix qui militent dans divers diocèses du Québec et qui se rendaient à Ottawa en autocar pour interpeller le nouveau gouvernement (Trudeau) à la veille de l’importante rencontre convoquée par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) à Paris. Le message qu’elle véhicule me semble toujours d’actualité vu les timides engagements pris au terme de la COP 26. Rappelons que malgré les engagements pris récemment, on est bien loin de la cible du 1,5 degré d’augmentation de la température. Et pour un aperçu à titre comparatif, la cible de réduction des GES du Québec prévoit une baisse de 37,5 %, en comparaison avec les 55 % projetés par l’Union Européenne[4].

Arriverez-vous à la même conclusion ? Quelle que soit votre réponse et si le cœur vous en dit, je vous invite à la chanter. Alors « À vos gargarismes, prêtes et prêts, chantez ! »

LA  CHANSON  DU  CLIMAT  DÉRÉGLÉ

Air : Ça fait rire les oiseaux (La Compagnie créole) ; paroles : Roger Bélisle

Ça dérègle le climat,
crée des remous, parl-moi z’en pas,
suscit’ des réfugiés climatiques.
C’est urgent de réagir.
« Au secours ! » s’écrie la terre.

  • Mais de quoi parlez-vous donc ?
    Mes actionnaires en sont ravis ;
    chez nous, c’est des profits qu’on amasse.
    Où voyez-vous cette urgence ?
    Y’en a aucunement d’urgence.

 

À vous tous les financiers,
y’a pas qu’les profits à compter;
pensez donc aux changements climatiques.
N’êtes-vous pas concernés ?
Au secours! faut vous réveiller !

  • Nous, on brasse des affaires,
    crée des emplois., donn’ des salaires :
    on fait bien tourner l’économie.
    Que feriez-vous donc sans nous ?
    Remerciez-nous, bande de sans-cœur !

 

Savez-vous qu’ça nous écœure
qu’vous ignoriez tous les marqueurs
qui mènent aux chang’ments climatiques.
Voyez-vous les conséquences ?
Pour nous, ça tombe sous le sens.

  • Pourquoi donc tout’ cett’ rancœur ?
    Ça nous caus’ des haut-le-cœur
    d’entendr’ vos continuels chiâlages.
    Vous n’êt’ qu’une bande de jaloux,
    d’ingrats dans notre paysage.

 

Sortez donc de vos châteaux,
débarquez de vos paqu’bos,
la croisière s’achèv’ra en tempête.
N’avez-vous donc pas de cœur?
Trop d’chaleur nous cause de la sueur.

 

  • Dans nos chars climatisés,
    aux atmosphères aseptisées,
    roule nos mécaniqu’ électriques.
    R’connaissez not’ bonn’conscience,
    on s’accommode de la science.

 

Même la Banque Mondiale,
qui vous adress’ des mises en garde
craint la hauss’ des primes d’assurance.
Malgré tous leurs arguments,
quels sont donc ceux que ça vous prend ?

  • Votr’ réchauffement climatique,
    ça nous laisse bien sceptique;
    serait-ce une autr’ légend’ urbaine ?
    Dans  l’histoire de la terre,
    y’a eu des cycles de misère.

 

Connaissez-vous le GIEC,
formé d’experts qui étudient
et m’surent l’évolution du climat ?
À vos banals arguments,
j’oppose leur bon jugement.

 

  • Les bulletins de météo,
    c’est comm‘ une partie de bingo ;
    on doit s’résigner et s’y faire.
    On ne peut rien y changer;
    ach’tez-vous des climatiseurs.

 

Fonctionnent-ils au fréon,
un gaz qui gruge la couch’d’ozone ?
Des lois canadiennes l’interdisent.
On préfèr’ payer plus cher
quand il s’agit de frigidaire. 

  • Les produits que l’on fabrique,
    circul’  par transport électrique
    laissant peu d’empreintes écologiques ;
    voilà bien notre logique,
    r’connaissez-le, esprits critiques !

NOTES

* Membre d’une communauté religieuse enseignante, Roger Bélisle participe au Comité JPIC – Québec (Justice, Paix et Intégrité de la Création) de la Conférence Religieuse Canadienne. Il a milité activement au-delà de 35 ans à Développement et Paix.

1. COP signifie “Conference of  parties”, les “parties” représentent les signataires de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). 

2. https://www.wedemain.fr/dechiffrer/cop26-conference-climat-date-lieu-participants (Consulté le 20 novembre 2021).

3. Agence France Presse, ‘COP 26 - « Pas de grands changements » vont suivre, déplore Greta Thunberg’ in  La Presse, 16 octobre 2021.

4. Paul Journet, « On l’avait rebaptisée la ‘Forêt des mal-aimés’ » in La Presse, Montréal, 18 novembre 2021.

vol. 126 no 4 • Décembre 2021