livre-ouvert.jpg
LES AINÉS NOUS DONNENT VIE

ANDRÉ RACINE, ofm

« La vie en soi est sacrée ». Elle est reçue, partagée, avec grâce, avec des ratés, peu importe. Elle est. Un regards admiratif et accueillant sur la vie, sur l’héritage reçu, sans jugement sur les œuvres éclatantes ou discrètes.

livre-ouvert.jpg
« Qu’importe, sous le regard de Dieu, tous ces ainés sont ses enfants. Il les regarde avec son immense amour, un amour sans mesure. »
LE GRAND LIVRE DE LA VIE

Lorsque je regarde la réalité des personnes âgées, une image me vient à l’esprit. C’est celle d’un livre, d’un grand livre qui s’ouvre, tout doucement. J’entre dans ce qu’a été et est encore la vie de ces personnes qui s’échelonne sur beaucoup d’années. Ces ainés passent et continuent leurs routes avec des réussites, des accomplissements mais aussi avec des défis et des obstacles. La Vie les a appelés à des choix et à des engagements qui ont tracé un sillon et suscité de nouvelles vies, de nouveaux progrès, de nouveaux services donnés avec beaucoup de générosité et de joie. Tout cet héritage se trouve dans ce grand livre, ce livre précieux de la vie de chacun, de chacune.

Tous les aînés ont une histoire, une belle histoire à écrire. Elle est sûrement belle, car c’est leur vie. Toute cette vie a traversé le temps et l’espace. Je sais que je n’ai pas à porter un jugement, seulement à regarder et à admirer, pas plus.

2-bandeau.jpg
LA VIE EST SACRÉE

Que ces vies me paraissent extraordinaires ou ordinaires, ce n’est pas cela qui importe. Je crois que la vie en soi est sacrée. Cette vie, elle est reçue, partagée avec élégance et grâce ou péniblement, avec des ratés. Qu’importe, sous le regard de Dieu, tous ces ainés sont ses enfants. Il les regarde avec son immense amour, un amour sans mesure. Lui, il réconcilie tout, il voit plus loin que nos vues humaines qui, souvent, s’arrêtent aux apparences.

 

Ces aînés aux talents variés laissent un héritage. Il y en a, entre autres, qui ont dépassé le temps et ouvert de nouveaux horizons, répondant dans le temps à de nouveaux besoins. D’autres tracent de petits sillons en apparence tout ordinaires, pourtant ce sont des traits de feu que la grâce de Dieu féconde. Le plus beau de la vie est parfois discret, mais pas toujours. Pensons à Mère Teresa, à ces personnes de professions, dites libérales, qui ont su durant toute leur vie porter haut le flambeau.

LA VIE CONTINUE DE GRANDIR

Un autre aspect des aînés que je voudrais regarder avec vous et qui me parait important, c’est la diminution des capacités physiques, intellectuelles et aussi les maladies. Ces réalités, tout à coup, peuvent nous dire que la vie ne nous appartient pas et que le pouvoir de renverser la marche n’est pas à notre portée. Seulement, il est important de reconnaître et gérer avec sagesse cette nouvelle étape de la vie qui peut réconcilier le passé, le présent et ouvrir à l’avenir dans un lien qui unifie tout. Et dans cela, nous pouvons remarquer que l’amour continue à grandir et à s’épanouir. C’est merveilleux.  

vol. 125, no 1 • juin 2020