TÉMOINS «HORS LES MURS»

Un souffle de Pentecôte se propage et nous interpelle à ouvrir toute frontière, à dépasser les murs. C'est une véritable poussée. « Les langues de feu parlent de passion et de consécration au service de l’humanité ».
Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ?
 Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte,
sa langue maternelle ?
Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce,
de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie,
 de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène,
 Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes,
tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu.
 
Actes des Apôtres, 2, 7-11
DES POUSSÉES « HORS-LES- MURS »  À JÉRUSALEM

Le thème choisi par Chemins franciscains étonne, interpelle, provoque. En symbiose hors norme avec la fête récente de la Pentecôte, il nous plonge au cœur de l’anxiété qui gardait les disciples de Jésus emmurés dans la peur et l’angoisse depuis les mystérieux et tristes évènements de la Croix et de la Résurrection. Rassemblés pour souligner la Fête des Semaines, voilà que le vent, tel un souffle puissant, secoue leur tranquillité. D’hésitants et anxieux, ils se mettent à parler avec audace, passionnés par le message de leur frère Jésus de Nazareth. Rien ne les arrêtera désormais sur le chemin d’une vie réjouissante et exultante, sans les chaînes de la rigidité de la loi et de ses normes. Gaudete et exultate ! Ce à quoi nous convie souvent le pape François, entre autres par sa récente exhortation apostolique. Davantage encore par l’exemple quotidien de ses gestes d’accueil et de discussion.

LE DEUXIÈME GRAND COUP DE VENT À VATICAN II

Le Souffle de Jésus invite toujours au mouvement : « Allez, je vous envoie ! Allez parler avec mes frères et mes sœurs… Allez bâtir avec eux un monde de justice et de confiance dans de saines relations d’égalité. Puis « avec le temps »… viennent l’usure, l’oubli, l’amoncellement de dogmes et d’interdits. Alors une deuxième grande poussée vers l’extérieur : Vatican II. Issues de cultures et de langues maternelles différentes, des personnes de diverses fonctions, sont rassemblées dans la recherche de la vie, de la vérité et des meilleures façons d’y accéder. En ce sens, la Pentecôte n’est-elle pas aussi la fête de Vatican II dont les écrits, comme un deuxième grand coup de vent, ont nettoyé les amas de poussières accumulées depuis Constantin. Le retour aux sources du message de Jésus balaie les divisions nourries par l’axiome Hors de l’Église point de salut. Pointe désormais une ouverture sur la beauté du monde et la bonté de l’humanité. Les langues de feu de Vatican II : des appels urgents à modifier les accessoires de nos chemins encadrés de certitudes absolues pour laisser entrer la lumière des questionnements, à la recherche de la vérité et de la vie. Des croyants rapidement secoués par des remises en question inédites tracent des chemins de dialogue avec des croyants de diverses religions, incluant l’émergence des revendications des femmes, encore assignées à la marge dans les diverses religions. Des commencements de sortie des temples ouvrent de vastes champs d’implication à bâtir ensemble un monde plus juste et plus humain. Des pas géants s’accélèrent vers de multiples lieux et engagements « hors-les-murs ». Se créent et se multiplient des solidarités humaines à large portée. Se dessinent aussi des croissances personnelles détachées de l’enclos de l’enseignement dogmatique.

« L’Église n’a pas besoin de temple,
elle doit se faire dans la vie, là où vivent
 les hommes et les femmes d’aujourd’hui. »
 
30 septembre 2004/ n°3083 La vie
QUESTIONNEMENTS ET SOUHAITS BRÛLANTS

En cette Pentecôte de l’An 2018, l’arc-en-ciel de Vatican II nous convoque – comme la première fois à Jérusalem - à devenir des pratiquants du dialogue et de la proximité, toujours en chemin, toujours en mouvement, toujours proches. À la manière de Jésus, « permettre et reconnaître  l’expression d’une expérience spirituelle qui ne trouve plus son langage ni dans la culture ni dans l’Église ». Intervenants parmi des intervenants autres, dénonçants parmi des dénonçants autres, réclamants parmi des réclamants autres. Non pas parmi des mécréants, mais parmi des criants et des suppliants… Parmi et avec ces autres, jamais isolés ni meilleurs les uns que les autres… [1]

 

Les langues de feu parlent de passion et de consécration au service de l’humanité ? Porteurs d’une foi assez forte pour vivre autrement au milieu de croyants autrement ? Dans les œuvres artistiques et culturelles voyons-nous passer des rayons de lumière, des trouées vers des avenues plus belles qui permettent d’échapper à la tragédie d'un monde qui se déshumanise, et de découvrir des éclats du salut cherché ? Les organismes communautaires et les nombreuses initiatives personnelles et collectives font-ils naitre nos solidarités ? Nourrissent-ils notre espérance ? Avons-nous la confiance assez solide pour déceler les valeurs exprimées autrement comme étant aussi les nôtres ? Avons-nous l’espérance assez durable pour nous réjouir que d’autres catégories de croyants ou sans croyance font partie des artisans de paix ?

vol. 123, no 2 • Juin 2018

Chemins franciscains propose un nouvel art de vie inspiré de Claire et de François d’Assise au cœur des défis actuels de la famille humaine.

NOTRE MISSION
ADRESSE

514 722-5700

 

5750, boulevard Rosemont

Montréal (Québec) H1T 2H2

 

info@lesiaf.org

INSCRIVEZ-VOUS

à notre liste d’envoi. Ainsi, vous serez informé lorsqu’il y aura des nouveaux textes sur le site.

SUIVEZ-NOUS
  • Grey Facebook Icon

© 2017-2019 Design graphique par Italique.