PAROLES DE FRANÇOIS ET CLAIRE

LE COMBAT DE FRANÇOIS D’ASSISE

POUR RETENIR JÉSUS-CHRIST AU CENTRE DE SON ÂME ET DE SA VIE

SUZANNE GIUSEPPI TESTUT ofs

Suzanne Giuseppi Testut  nous parle du combat spirituel que nous avons à mener en s’inspirant de l’exemple donné par François D’Assise, qui parlait du « trésor » qu’il fallait préserver. C’est au désert que le Christ nous a livré l’essence de ce combat, à travers les tentations qu’il y a subies. Pour celui ou celle qui veut garder « Jésus-Christ au centre de notre âme », écrit l’auteure, le parcours est semé d’embûches. Le recours pour surmonter toute ces difficultés, c’est l’Amour, tel qu’hérité de l’expérience du Christ. Sur cette longue route, il faut faire preuve de « discernement et d’audace » pour devenir « terre d'accueil de la Parole ».

Dans sa première expérience de combat (1C6), François parle « du trésor ». Pour accueillir ce « trésor », il faut tout risquer, tout perdre mais un seul mot d'amour suffit « OUI ». Il faut le prononcer et l'actualiser à chaque instant et jusqu'à notre dernier souffle. Ce « trésor » inestimable, dont parle François, est donné à chacun, il est notre vocation. Nous avons en effet à le protéger, à le défendre et aussi à le communiquer. Pour ce faire, il faut aller au-delà des difficultés, des obstacles et du monde humain dans lequel nous vivons, au-delà de l'esprit du monde qui, soyons honnêtes, ne nous est pas étranger et qui trouve en nous des complicités. Il peut même nous séduire. 

...devenir terre d'accueil de la Parole
TÉMOIGNER DE NOS RÉSURRECTIONS

Ce combat est celui du Christ. Il l'a Lui-même inauguré au désert en repoussant les tentations de jouissance, de richesses, de puissance et de pouvoir. Il l'a mené toute sa vie publique. François a puisé son audace et sa hardiesse dans le combat du Christ, dans son Esprit et sa puissance de résurrection. Il nous engage à témoigner à notre tour de nos résurrections successives. En effet, il n'y a pas de vie ni de participation à la vie divine sans combat. Toutefois, cela ne signifie pas que la vie divine soit obtenue par nos efforts, à la seule force de nos poignets.

 

Offerte et reçue gratuitement, la vie avec Dieu nous engage dans un combat spirituel incessant : combat contre nos hésitations intérieures ; combat contre les obstacles extérieurs – famille, amis, position sociale etc. Contre notre désarroi aussi, lorsque nos projets ou raisonnements humains sont mis à l'épreuve. De même, c’est lutter pour un choix de vie qui engage tout notre être ; solitude, doute, désirs, larmes et souffrances ; désir de purification, de dépouillement, d'abandon. Combat pour retenir Jésus-Christ au centre de notre âme et de notre vie. Pour cela, le « combattant » doit savoir « qui ? » ou « quoi ? » et  « pour-qui ? » et « pour-quoi ? »  il combat et sur quel terrain il se situe. Combat-il pour lui-même, pour ses fins propres, pour un idéal, pour une noble cause temporelle ou spirituelle etc. 

UN SEUL RECOURS : L’AMOUR

La réponse à ces questions peut nous paraitre évidente, pourtant, elle nécessite une grande vérité intérieure et une profonde connaissance de soi. Le combattant doit posséder les « armes » appropriées et savoir s'en servir. Les armes de notre combat ne relèvent d'aucun arsenal humain, « elles ne sont pas d'origine humaine, mais elles ont, au service de Dieu, la puissance de renverser les forteresses » (Cor. 10,3b4). L'arme essentielle qui nous concerne est l'Amour qui, seul, remporte le « vrai pouvoir » et la victoire. Mais, là encore, sommes-nous certains de faire appel à cette arme ? Aucun combat ne peut être étudié sans la connaissance des protagonistes : l'homme et le Mal, le vieil homme et l'homme nouveau, le corps et l'âme, les vertus et les passions, l'homme simple créature, face au Dieu créateur. 

ET GARDONS-NOUS BIEN DE LA MALICE ET DE LA SUBTILITÉ DE SATAN QUI VEUT QUE L'HOMME NE TIENNE PAS SON ESPRIT ET SON COEUR TOURNÉS VERS LE SEIGNEUR DIEU. ET RÔDANT, IL DÉSIRE, SOUS PRÉTEXTE DE QUELQUE RÉTRIBUTION OU DE QUELQUE AIDE, S'EMPARER DU COEUR DE L'HOMME ET ÉTOUFFER DANS SA MÉMOIRE LA PAROLE ET LES PRÉCEPTES DU SEIGNEUR, VOULANT AUSSI AVEUGLER LE COEUR DE L'HOMME PAR LES AFFAIRES ET LE SOUCI DU SIÈCLE ET Y HABITER... 

(1Reg.22. 19-25)

DISCERNEMENT ET AUDACE

Nous devons nous poser une question : qui tient le rôle principal dans ce combat ? Cette question nous confronte à nos résistances, à nos arrangements et à nos complaisances. Tout combattant spirituel doit donc s'appuyer sur les vertus de discernement et de sobriété. Faire preuve de détermination, de persévérance, de patience, de fidélité et d'espérance, de droiture, d'oubli et de don de soi mais aussi de grande modestie, de lucidité, de générosité, d'une véritable audace et de liberté. Véritable combat de la Lumière contre les forces obscures. Le combattant spirituel doit ainsi renouveler quotidiennement son engagement. Il doit en quelque sorte, devenir terre d'accueil de la Parole par son « OUI ».

vol. 122, no 2 • Juin 2017

NOTRE MISSION

Chemins franciscains propose un nouvel art de vie inspiré de Claire et de François d’Assise au cœur des défis actuels de la famille humaine.

ADRESSE

514 722-5700

 

5750, boulevard Rosemont

Montréal (Québec) H1T 2H2

 

info@lesiaf.org

INSCRIVEZ-VOUS

à notre liste d’envoi. Ainsi, vous serez informé lorsqu’il y aura des nouveaux textes sur le site.

SUIVEZ-NOUS
  • Grey Facebook Icon

© 2017-2019 Design graphique par Italique.