arraignee.jpg
INVITATION À LA TENDRESSE

« L'oiseau a son nid,
l'araignée sa toile,
et l'homme l'amitié ! »

 

William Blake
 

arraignee.jpg
Avez- vous déjà regardé attentivement une araignée tissant sa toile? À l'œuvre à toute heure, matin, midi ou soir, l'araignée ne se lasse pas d'agrandir sa toile dans toutes les directions pour se mettre à l'abri des intrus en sa demeure. Œuvre d'une infinie patience! Invitation à bâtir avec persévérance des liens de tendre affection avec nos proches pour les protéger du désenchantement et de la morosité. Ainsi se présente la tendresse tel un fil de soie ténu que notre affection tisse à l'image d'une araignée nous offrant des espaces de lumière et de consolation à travers les zones d'ombre et d'anxiété que nous traversons. La mise à couvert de nos visages, la distanciation physique dans nos rencontres et le confinement à notre bulle familiale ont sans doute permis à la majorité d'entre nous de revisiter l'allure de nos relations. Voici donc une fortuite invitation à un heureux voyage au cœur de la tendresse, de la naissance jusqu'au dernier droit de la vie.
 
TENDRESSES DU MATIN POUR CHAGRINS D'ENFANT

Dès la naissance, tous les enfants traversent le chemin des douleurs de leur enfantement. Leur cri premier réclame déjà le contact affectif de peau à peau pour calmer les peurs froides de son nouvel environnement. Désormais projetés hors des eaux sécurisantes du sein de leur mère, ils sont comme des aimants dégageant des forces attractives de tendresse.  À la naissance, le tout premier geste vraiment spontané de la tendresse n'est-il pas de prendre dans ses bras, les yeux remplis de tendresse, cette fragile vie naissante et de murmurer toutes les tendres émotions qui réchauffent un petit être sans défense. Et depuis ce moment, ses pleurs scandent les divers inconforts qui réclament les soins indispensables à sa nouvelle vie. L'heure de combler sa soif ou sa faim, l'incapacité de soulager les coliques de la digestion, les malaises intestinaux, autant de douleurs qui appellent au secours la chaleur du sein maternel ou la sécurité des bras paternels, les douces paroles, les gestes réconfortants, les tendres mélodies.  Les pleurs des enfants lancent diverses invitations à se laisser aller au regard affectueux et aux tendres caresses pour mieux faire naître l'abandon guérisseur. Quelle douce faiblesse que ce besoin primal de tendresse qui nous vient en naissant !

À peine quelques années plus tard, de ces petits bouts de choux ressortiront de précieuses occasions de proximité ! Parfois même deviendront-ils plus tristes ou colériques quand, par exemple, leur jouet fétiche se brisera... S.O.S. Vite une tendre consolation !

Quand les premières dents commencent à pousser et à faire mal, la tendresse des parents fera surgir la fée des dents en train de construire des outils pour croquer les légumes du jardin et plus tard de sécher les larmes par la magie nocturne qui glisse un cachet sous son oreiller.

Puis quel souvenir de la première rentrée scolaire ! Agrémentée de tous ses atouts dans le sac à dos, la tendresse de la bulle familiale ne donne-elle pas le courage pour entreprendre avec confiance cette première quotidienne séparation.

Tendresses de cet âge,
coffre aux trésors pour toujours !
TENDRESSES DU MIDI SUR LE CHEMIN DES SOUCIS

Les étapes parfois tumultueuses de l'adolescence, les sursauts dans la recherche de son autonomie où se cumulent succès et déceptions, convoquent les proches et les amis à la bienveillance. Tendresse mutuelle qui éveille au détachement, chasse la tristesse et les tentations de la dépression.

 

Jeune adulte, tisser les fils de soie, en créer des nœuds pour se faire un fragile rempart devient une tâche plus complexe. Quand les échecs  risquent d'ébranler les espoirs de réussir sa vie, la présence des amis à qui se confier, les échanges avec les parents, les consolations des grands-parents, autant de chemins de tendresse qui exorcisent les peurs et relancent les espoirs dans des projets prometteurs et peut-être mieux adaptés à ses talents.

Et que vienne le temps des amours. Plus fort que l'amour-passion, plus intime encore que les amoureuses déclarations, plus résistant aux mirages démentiels, l'amour-tendresse fait des prouesses. Sans le soutien d'une bienveillante présence, comme le temps parait lourd et long. Car vivre sans tendresse, non, non, non, il n'en est pas question, chante Marie Laforêt.*

La suite des jours comporte aussi son bagage de déterminants au bonheur, les études, le boulot que l'on souhaite permanent, la responsabilité d'une famille. Joies et sacrifices se croisent sur la toile des midis. Grandir et vieillir où seule la chaleur des relations de confiance permet de tisser encore les fils de soie qui se croisent en travers les uns les autres, de passer le cap des nœuds fragiles et interdépendants! Lourde tâche, mais combien riche et souvent exaltante. Et chaque soir dormir le cœur bercé par la douceur des harmoniques de la tendresse reçue et offerte enfouie sous les oreillers.

Tendresse aux séduisantes couleurs !

* Voir au bas de l’article les liens pour entendre le chant et en lire les paroles.

TENDRESSES DU SOIR SERTI D'ESPOIRS

Finalement on atteint ce 3e âge. La retraite. Une étape de la vie tissée désormais, avons-nous rêvé, par des moments de pure tendresse avec parents et amis ou voisins. Du temps de pure tendresse pour soulager le labeur harassant des plus jeunes années. Du temps de pure tendresse avec les petits-enfants dont on tire des caresses pour oublier à certains jours nos cheveux grisonnants ou déjà blancs.

Dans le conflit entre la passion du travail et l’usure du temps, même si parfois on a battu de l’aile, hésitant sous les eaux turbulentes du cafard, avoir choisi la chaleur de la tendresse et de la confiance donne à ce moment de la vie le confort de la stabilité et de la sérénité. Soutenue par l'attirance du repos mérité, l’accoutumance - métro, boulot, dodo - n’a pas complètement détruit la fragile toile du bien-vivre enfin décuplé par la douceur de la tendresse. En prendre conscience ravive le goût d'être utile, de développer des relations d'entraide, de rendre en bienveillance pour autrui les douceurs de la tendresse qui écoute, console, réconforte, exorcise la tristesse, diminue les angoisses, s'ouvre à l'harmonie.

Complicité du partage et admiration réciproque !

TENDRESSES DES REPÈRES ABSENTS

Depuis plus d'un an, un mortel coronavirus et ses variants enserrent la planète dans les griffes d'un confinement à la longue malsain qui soustrait notre visage à la confiance aux autres et nous garde à distance les uns des autres. La tendresse et ses adjuvants peinent à trouver les voies d'accès habituels. Ce qui était possible avant ne l'est plus de la même manière. Nous manquons de contacts, de chaleur humaine, d'amitié. Nous aimons les caresses, les bisous et les câlins.  En être privés, c’est risquer d’être moins humains. Mais nos sens recèlent cependant des atouts qui trop souvent dorment sous l'avalanche de multiples activités. À nous de cueillir et de partager les petits riens qui réchauffent, les clins d’œil par-dessus un couvre-visage, le sourire des yeux, le silence attendri et les gestes-mimes de nos espoirs, les élans de nos supports mutuels, les odeurs et les parfums coutumiers de nos maisons, les saveurs qui stimulent nos papilles, les bains ou douches qui regénèrent les énergies physiques, mentales et psychologiques, la contemplation des multiples beautés de nos matins, midis et soirs... de l'aube jusqu'à la nuit tombée. Offrons à nos sens tous les espaces de tendresse incluant la joie de toute bonne nouvelle porteuse d'entraide et de compassion. Précieuses sauvegardes contre la tristesse et la désespérance. Ainsi, me semble-t-il, les générations, en se donnant la main et du cœur dans le partage d'un «second regard» sur la traque de cet universelle galère, s’offrent l’une à l’autre le rêve d'une espérance qui ne veut pas mourir.

LA TENDRESSE DU RÉENCHANTEMENT

Au creux de nos doutes durant la soudaine attaque pandémique et les  pénibles contraintes imposées, ne vaut-il pas la peine de relire la vie de Jésus de Nazareth parcourant les chemins des villes environnantes avec son projet de vie nouvelle. Réenchantement assuré ! La tendresse qui habille ses questionnements, ses discours aux fils d'Abraham, ses invitations à la compassion et à changer leur grille de valeurs, sa réaction aux multiples supplications de soulager diverses souffrances, de secouer la rigueur des lois religieuses de son temps, de redonner la dignité aux exclus, quelle vaste toile tissée de nœuds reliés entre eux par des fils de soie tendus en toutes les directions... De larges espaces de tendresse pour tous, pour chaque besoin. Inviter tous ceux et celles qui le croisent à faire comme lui, telle est sa mission pour la durée de son passage sur terre comme être humain.  C'est, nous dit-il, le chemin, la vérité et la vie. Il nous a légué cette même mission.

Il s'inspirait certainement du prophète Isaïe (49,8-15). La femme oublie-t-elle son nourrisson, mais si celle-là oublie, moi, je ne t’oublierai jamais. Il est des moments dans notre histoire où l’angoisse nous étreint. Et voilà qu’au cœur de notre malheur, quelqu’un, dans une étonnante proximité et une tendresse qui rassure, nous interpelle doucement. Pas de miracles, pas de mots inutiles, mais une présence qui nous questionne : « Pourquoi as-tu peur ? »

Proximité, tendresse et compassion,
c’est, dirions-nous, le style de Jésus jusque dans sa mort.

Prions donc ensemble Jésus, fils de Marie...

de faire pleuvoir sur nous des torrents de tendresse

pour que règne l'amour jusqu'à la fin des jours.

Car le temps que l'on prend pour dire Je t'aime,
c'est le seul qui reste au bout de nos jours

(Gilles Vigneault)

vol. 126, no 1 • mars 2021

NOTRE MISSION

Chemins franciscains propose un nouvel art de vie inspiré de Claire et de François d’Assise au cœur des défis actuels de la famille humaine.

ADRESSE

514 722-5700

 

5750, boulevard Rosemont

Montréal (Québec) H1T 2H2

 

info@lesiaf.org

INSCRIVEZ-VOUS

à notre liste d’envoi. Ainsi, vous serez informé lorsqu’il y aura des nouveaux textes sur le site.

SUIVEZ-NOUS
  • Grey Facebook Icon

© 2017-2019 Design graphique par Italique.