GENS QUI INSPIRENT

DR GUY BLANCHARD, LE PHILANTROPE

Il nous venait de l’Alberta… Sa mère, devenue veuve prématurément, demeure seule pour subvenir aux besoins de ses trois enfants, Marguerite, Bernard et Guy, le cadet. Ce dernier écrira : « Ce fut difficile pour notre mère, mais ses valeurs de don et d’entraide nous ont inspirés tout au long de notre vie ».

 

Guy fait ses études médicales à Ottawa afin d’honorer une promesse faite par sa mère à Mgr Joseph Guy, omi, évêque de Gravelbourg (Saskatchewan) qui souhaitait voir plus de francophones catholiques dans l’ouest canadien. Cette promesse représentait un véritable défi pour l’étudiant qui  dut apprendre l’anglais en même temps que la médecine.

« Cette expérience dans ce coin de pays aura été marquante pour mon frère et moi. Je dirais que c’est en côtoyant des malades en fin de vie que nous avons pris la décision de soutenir la cause de la recherche et de l’enseignement en soins palliatifs. »
DES FRÈRES SPÉCIALISTES

Son frère Bernard et lui se spécialisent en orthopédie et exerceront leur profession à l’Hôpital Sacré-Cœur de Montréal. Après quelques années, ils sont appelés à Moncton où il manque de médecins francophones. Ils reviennent ensuite dans la région de Beauharnois où ils sont seuls pour desservir une population de 250 000 habitants.  Les malades ont besoin d’eux et ils travaillent sans arrêt. Ainsi, leur vie personnelle s’en ressent et leur mariage respectif ne survivra pas à ces temps difficiles.

 

À la suite de cette période mouvementée, les deux frères décident de se rendre à New York pour se spécialiser en traitement de l’alopécie et ils reviennent à Montréal ouvrir une clinique pour le traitement et la prévention de la perte des cheveux. Pionniers canadiens dans le domaine, ils deviennent des sommités, parcourant le monde pour donner des conférences sur le sujet,  ayant toujours en tête d’aider leurs concitoyens. Les frères Blanchard continuent de travailler sans relâche, en milieu hospitalier, soutenus par leur sœur Marguerite qui, formée en administration, s’occupe de la gestion des affaires de ses deux frères.

 

La 3e étape de la carrière des docteurs Blanchard se déploie en gérontologie. Deux jours par semaine, ils montent à l’Annonciation dans les Hautes-Laurentides. Guy écrira : « Cette expérience dans ce coin de pays aura été marquante pour mon frère et moi. Je dirais que c’est en côtoyant des malades en fin de vie que nous avons pris la décision de soutenir la cause de la recherche et de l’enseignement en soins palliatifs ». De 1990 à 1995, les deux frères se consacrent entièrement à cette discipline. Puis, vient la retraite… Bernard et Marguerite décéderont en 1995.

Première journée annuelle de la Chaire de la famille Blanchard pour l’enseignement et la recherche en soins palliatifs, le 28 mai dernier au pavillon Roger-Gaudry de l’UM.

UNE CHAIRE D’ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHES
EN SOINS PALLIATIFS

N’ayant plus de famille, Guy doit compter sur un fidèle voisin pour le visiter régulièrement à son domicile et lui rendre les services appropriés à sa situation. Cependant, en 2015, la maladie l’oblige à rentrer en CHSLD. Il dira alors « Toute ma vie, j’ai travaillé pour soigner mes concitoyens et maintenant que je n’ai plus la capacité physique de le faire;  je donne ce que je peux pour que d’autres le fassent à ma place ».

 

De sa chambre du Centre d’hébergement St-Joseph de la Providence, il travaille lui-même à l’exécution testamentaire de Bernard et Marguerite qui, avec lui, lègue  leurs avoirs à l’Université de Montréal, pour la création d’une Chaire d’enseignement et de recherche en soins palliatifs. Cette Chaire à laquelle s’adjoindront les Œuvres Marie-Anne-Lavallée, développera une expertise innovante et offrira aux étudiants des disciplines de la santé et de la psychologie sociale, un enseignement de grande qualité, fortement arrimé, à la fois aux nouvelles connaissances issues de la recherche et aux savoirs expérientiels des milieux de pratique.

 

Dr Guy Blanchard est décédé le 5 juillet 2018. Il laisse derrière lui une contribution sociale incroyable pour le soutien des intervenants dans les milieux de vie, à domicile, dans les centres d’hébergement et dans les maisons de soins palliatifs. Son souhait était qu’une partie des activités de cette Chaire ait des retombées directes sur le territoire du CIUSSS Nord-de-l’Île et dans ses activités de recherche. Fait accompli!

 

En hommage au Dr Blanchard, le 28 mai dernier, se tenait à l’Université de Montréal,  la 1ère journée annuelle de la Chaire de la famille Blanchard, sous le thème de l’accessibilité à des soins palliatifs de qualité soutenue par des pratiques exemplaires. La doyenne de la Faculté de médecine  saluait ainsi le leadership du Dr Blanchard : « Ce sont des bâtisseurs comme lui et sa famille qui donnent espoir d’une fin de vie dans la dignité, le soutien, le confort et le réconfort ».

vol. 124, no 2 • Octobre 2019

Chemins franciscains propose un nouvel art de vie inspiré de Claire et de François d’Assise au cœur des défis actuels de la famille humaine.

NOTRE MISSION
ADRESSE

514 722-5700

 

5750, boulevard Rosemont

Montréal (Québec) H1T 2H2

 

info@lesiaf.org

INSCRIVEZ-VOUS

à notre liste d’envoi. Ainsi, vous serez informé lorsqu’il y aura des nouveaux textes sur le site.

SUIVEZ-NOUS
  • Grey Facebook Icon

© 2017-2019 Design graphique par Italique.